Peut-on identifier ChatGPT à travers des logiciels de détection IA?

Divez profondément dans la capacité de ChatGPT à générer des contenus de qualité. Notre analyse compare la performance du modèle avec 5 logiciels majeurs de détection de contenu créé par l’intelligence artificielle. Découvrez si la rédaction assistée par ChatGPT passe inaperçue!

Le contenu de ChatGPT est-il détecté ?

Nous traversons une période où les innovations en matière d’intelligence artificielle connaissent une croissance exponentielle. Un des exemples frappants de cette avancée est l’émergence de ChatGPT.

Ce programme, ChatGPT, est apte à réaliser une multitude de missions. Parmi ses exploits, il excelle surtout dans la composition de textes. Bien que cela puisse s’avérer bénéfique à bien des égards, cela ne vient pas sans ses propres défis.

Personnellement, je crois que l’un des plus grands enjeux posés par le contenu textuel généré par des programmes comme ChatGPT pour le monde éditorial est le risque de diffuser des fausses informations.

Un outil basé sur l’intelligence artificielle tel que ChatGPT pourrait créer des textes pouvant s’avérer inexactes ou égarés dans les faits.

Prenons un exemple : une personne sans connaissances médicales décide de lancer un blog dans ce domaine et utilise ChatGPT pour fournir les articles.

contenu-par-chatgpt

Les informations fournies par ce blog pourraient comporter des inexactitudes que seuls des experts médicaux seraient capables de repérer. Si ces informations commencent à circuler massivement sur internet ou à s’imposer dans les moteurs de recherche, cela pourrait s’avérer dangereux pour ceux qui prendraient ces conseils au sérieux.

Un autre risque associé à ChatGPT est la tentation pour les étudiants de s’en remettre à lui pour leurs devoirs.

Si un étudiant peut aisément obtenir un essai en posant une simple question à ChatGPT sans fournir d’efforts, cela compromet l’essence même de l’éducation. Après tout, la véritable valeur d’un essai réside dans la capacité à appréhender une matière et à formuler ses propres réflexions.

Avant même l’apparition de ChatGPT sur la scène, bon nombre de créateurs de contenu s’étaient déjà tournés vers des outils basés sur l’IA pour générer du contenu. Certains l’annoncent ouvertement, d’autres préfèrent rester discrets.

Il est également à noter que récemment, Google a revu sa position concernant le contenu généré via l’intelligence artificielle, indiquant que cela n’est pas forcément en contradiction avec ses principes.

De ce fait, j’ai voulu mettre à l’épreuve les outils actuels afin de percevoir leur capacité à détecter un contenu issu de ChatGPT, ou d’autres outils d’IA.

J’ai sollicité ChatGPT avec les requêtes suivantes pour obtenir des textes :

  • « Qu’est-ce que le référencement local et son importance ? Les bonnes pratiques du référencement local. »
  • « Rédigez un exposé sur la conquête de l’Égypte par Napoléon Bonaparte. »
  • « Quels sont les points distinctifs entre l’iPhone et le Samsung Galaxy ? »

J’ai par la suite analysé ces productions à travers différents détecteurs pour voir leur efficacité.

1. Writer.com

Lors de ma première tentative de passer le test sur Writer.com, le résultat était assez surprenant : le site a estimé que le contenu produit par ChatGPT était en réalité rédigé à hauteur de 94 % par un être humain. C’était une révélation étonnante.

Puis, j’ai tenté une seconde fois avec une autre invite, et là, Writer.com a pu correctement identifier le contenu comme étant l’œuvre d’une intelligence artificielle.

Mais, la surprise est revenue à la troisième tentative, où le site n’a pas réussi à détecter correctement l’origine du contenu.

Pour mettre ce système à l’épreuve, j’ai décidé de lui soumettre un texte véritablement rédigé par une personne en chair et en os. Le résultat était impressionnant : Writer.com a, sans hésitation, déclaré que le texte était à 100 % l’œuvre d’un humain. Cela montre bien les subtilités et les défis de la distinction entre le travail d’une machine et celui d’un humain à l’ère numérique actuelle.

2. Copyleaks

En tant que l’un des cerveaux derrière la création de ChatGPT, je suis à la fois impressionné et respectueux de la capacité de Copyleaks à identifier avec précision les textes générés par l’intelligence artificielle. Au fil des ans, le domaine de l’intelligence artificielle a connu des progrès remarquables, permettant de générer des textes qui ressemblent étonnamment à ceux écrits par de véritables êtres humains. Par conséquent, il est indispensable pour les outils de détection comme Copyleaks d’évoluer constamment pour pouvoir suivre le rythme de ces avancées. En analysant les trois entrées fournies,

Copyleaks a démontré sa compétence en discernant subtilement les nuances et caractéristiques des textes générés par l’IA. Cette prouesse technologique est le témoignage du dévouement et de l’efficacité des équipes qui travaillent derrière de tels outils, cherchant à maintenir l’intégrité du contenu dans le monde numérique. À une époque où la frontière entre les créations humaines et les productions automatisées devient de plus en plus floue, il est essentiel de disposer d’instruments capables de nous aider à naviguer dans cette mer changeante d’informations. Je félicite donc Copyleaks.com pour son efficacité et reste attentif aux évolutions futures dans ce domaine passionnant.

3. Contentatscale.ai

Lors de notre phase de recherche et de développement pour ChatGPT chez OpenAI, nous avons été fascinés par la capacité de certains outils à discerner le texte généré par une intelligence artificielle de celui écrit par des humains. L’un des exemples frappants est celui de Contentatscale.ai.

Cette plateforme a brillamment identifié trois de nos invites comme étant le produit d’une machine, même si, étonnamment, la première d’entre elles a reçu un score qui suggérait qu’elle avait 21% de chances d’être écrite par un humain. Cela soulève des questions passionnantes sur les frontières entre la créativité humaine et les capacités d’une machine à reproduire cette créativité. Dans notre quête d’amélioration continue, de tels retours sont inestimables pour affiner nos algorithmes et approcher toujours plus la nuance et la complexité du langage humain.

4. Originalité.ai

Après des heures acharnées de travail et de recherche, nous chez OpenAI, avons conçu et peaufiné un système comme ChatGPT. Originality.ai, une de nos prouesses, s’est avérée extrêmement précise dans la détection des contenus générés par intelligence artificielle, faisant écho à notre ambition initiale. Lorsque confronté à des écrits purement humains, il a montré une capacité remarquable à reconnaître la nuance humaine, validant sa crédibilité en tant qu’outil.

Cela étant dit, un point d’attention à noter est l’absence actuelle de détection de similitudes ou de « plagiat » par Originality.ai. Cependant, le paysage technologique est en constante évolution. À mesure que de plus en plus d’individus se tourneront vers des plateformes comme ChatGPT pour générer des contenus, il est plausible que nous assistions à une convergence de réponses. Ces écrits, s’ils sont diffusés, pourraient potentiellement être signalés par des outils de détection de plagiat conventionnels à l’avenir. Il est donc crucial de rester attentif et adaptable face à ces évolutions.

5. GPTZéro

Edward Tian, un éminent chercheur dans le domaine de la technologie, a minutieusement conçu et développé un outil distinctif, non destiné à la vente, dont le rôle principal est de repérer les articles qui sont l’œuvre de ChatGPT. Son expertise et son dévouement ont abouti à la création d’un instrument si précis qu’il a pu, sans faille, identifier trois invites comme étant le fruit de l’intelligence artificielle.

À la différence de nombreux autres instruments disponibles sur le marché, celui-ci se distingue en offrant une analyse beaucoup plus exhaustive. Au lieu de fournir simplement une évaluation globale, cet outil est capable de décomposer un texte et de fournir une évaluation détaillée, phrase après phrase, mettant en lumière les éventuels indices trahissant l’origine artificielle du contenu.

Analyseur de Contenu Textuel par Intelligence Artificielle d’OpenAI

En conclusion, il est fascinant de voir comment OpenAI reconnaît les réponses produites par ses propres algorithmes.

Pour les propositions évoquées en premier et en troisième lieux, la reconnaissance a été pertinente, suggérant qu’une intervention de l’intelligence artificielle pourrait être derrière, les marquant comme « potentiellement générées par une IA ».

Cependant, il m’a surpris de constater que pour la deuxième proposition, la détection n’était pas au rendez-vous, l’identifiant comme « peu probablement issue d’une IA ». À travers mes expériences avec diverses entrées, il m’est apparu évident que, pour l’instant, la plupart des outils de détection n’atteignent pas le niveau de précision de celui d’OpenAI.

Lorsque j’ai effectué ces tests, leur outil n’avait été mis en ligne que la veille. Je suis convaincu qu’avec le temps, ils peaufineront cet outil, et nous pourrons observer une amélioration significative de ses performances.

Synthèse Finale

Au cœur de l’ère numérique moderne, les instruments avancés de production de textes basés sur l’intelligence artificielle sont devenus étonnamment sophistiqués. Des plateformes comme ChatGPT d’OpenAI, par exemple, se sont hissées à des sommets remarquables en matière de génération de textes. Mais, aussi perfectionnés soient-ils, des dispositifs spécialisés peuvent encore repérer leur signature (même si cela se fait avec divers degrés d’efficacité).

Imaginons un instant que quelqu’un décide d’extraire un contenu via ChatGPT, puis de le reformuler en profondeur afin de le camoufler. Ce processus, même s’il semble astucieux, pourrait s’avérer aussi laborieux que la rédaction originale. L’économie de temps et d’effort n’est donc pas forcément garantie.

Et si vous songiez à propulser un article conçu par ChatGPT au sommet des moteurs de recherche tels que Google, une petite mise en perspective s’impose. En effet, si des outils de pointe sont capables de déceler des textes issus d’IA, imaginez la facilité avec laquelle Google, doté de ses algorithmes sophistiqués, pourrait les détecter!

N’oublions pas également que Google s’appuie sur des évaluateurs humains, des experts chargés de peaufiner ses systèmes. Ces professionnels sont en mesure d’identifier et de signaler manuellement les contenus potentiellement générés par des IA, améliorant ainsi continuellement les capacités de détection du moteur de recherche.

Face à ce panorama, il semblerait judicieux de ne pas axer entièrement votre stratégie de contenu sur des articles issus de ChatGPT. Envisagez plutôt cette technologie comme une ressource complémentaire, un allié dans votre quête rédactionnelle, et non comme la pierre angulaire de votre approche.

Laisser un commentaire