Découvrez phénomène de la présence omniprésente de ChatGPT

L’attrait entourant ChatGPT est manifeste, comme en témoigne la montée en puissance des start-ups cherchant à exploiter son potentiel. Qu’il s’agisse d’engager des conversations avec des figures historiques ou de plonger dans la littérature classique, de maîtriser une langue étrangère ou de gérer des régimes d’entraînement et des critiques culinaires, les possibilités sont infinies.

Cependant, à mesure que cette frontière technologique s’élargit, le spectre des abus et des préjudices potentiels s’accroît également. Nos luttes passées dans la bataille contre la prolifération de la technologie deepfake audio et vidéo nous rappellent cruellement notre incapacité à nous préparer aux conséquences immédiates de la diffusion automatisée de la désinformation à grande échelle.

Découvrez l’IA Novatrice

L’avancée d’OpenAI dans le domaine de la Génération de Texte Artificiel (ATG) n’est qu’un élément d’un paysage plus vaste. L’Intelligence Artificielle Générative, communément appelée gen-AI, implique l’utilisation d’algorithmes d’apprentissage automatique pour créer du contenu original, que ce soit du texte, des images, de l’audio ou de la vidéo. Ce processus innovant repose sur l’analyse d’une base de données entièrement étiquetée, en utilisant des techniques d’apprentissage par renforcement non supervisées, similaires à celles employées par des projets notables tels qu’AlphaGo de Google, des systèmes de recommandation de musique et de vidéos en ligne, ainsi que des systèmes d’assistance à la conduite. Alors que des modèles tels que Stable AI de Stability AI et Imagen de Google se spécialisent dans la conversion de motifs de points complexes en images haute résolution, les ATG tels que ChatGPT réarrangent les extraits de texte issus de leurs données d’entraînement pour créer des récits vivants et souvent captivants.

gpt

Selon le Dr. Peter Krapp, une figure éminente dans les études cinématographiques et médiatiques à l’Université de Californie à Irvine, ces modèles sont “entraînés sur une très grande quantité de données d’entrée”. Il souligne que le résultat est essentiellement un mélange de ces données d’entrée, peu susceptible de surprendre par son caractère exceptionnel, son éloquence ou sa beauté. Au contraire, il a tendance à démontrer une compétence fondamentale, tout comme la capacité collective que nous avons tous à utiliser le langage pour communiquer des idées.

Le domaine de l’IA générée a évolué en une industrie impressionnante. Entre les batailles juridiques très médiatisées, comme l’imbroglio de Stable Diffusion dans la collecte de données de Meta, et les projets surprenants de ChatGPT qui s’immiscent dans les programmes des écoles de médecine aux côtés d’institutions telles que Wharton, des transformations subtiles s’opèrent au sein des sociétés du Fortune 500. Des géants de l’industrie tels que NVIDIA, Facebook, Amazon Web Services, IBM et Google explorent le potentiel de la gen-AI avec une discrétion silencieuse à l’extérieur, capitalisant sur ses avantages. Cette utilisation confidentielle s’étend sur divers domaines, de l’amélioration des résultats des moteurs de recherche à la suggestion de code informatique, en passant par la création de contenu marketing et publicitaire.

Exploration des Secrets Derrière les Hauts Faits de ChatGPT

Le succès impressionnant de ChatGPT, qui a rapidement attiré 100 millions d’utilisateurs actifs par mois seulement deux mois après son lancement, peut être attribué en grande partie à des stratégies marketing astucieuses, comme l’a souligné Natasha Allen, associée chez Foley & Lardner LLP, lors d’une conversation avec Engadget. Elle a noté que le deuxième facteur contributif est la convivialité de l’outil. “N’importe qui peut simplement taper quelques mots, et c’est parti”, a-t-elle souligné.

Des individus auparavant désintéressés sont maintenant devenus des observateurs attentifs, comme ceux qui étaient autrefois indifférents à l’IA commencent à le remarquer. Allen a souligné la convivialité comme un atout précieux, décrivant ChatGPT comme “engageant et captivant même pour ceux qui ne sont pas familiers avec la technologie de l’IA”.

La capacité supérieure de ChatGPT à exceller dans diverses tâches, que ce soit en créant des poèmes médiocres ou en imitant la voix distinctive de Donald Trump pour évoquer des conditions d’utilisation fictives pour la plate-forme Truth Social, découle de sa flexibilité intrinsèque en tant qu’agent conversationnel. Grâce à son entraînement en apprentissage supervisé, il a été initialement nourri avec des conversations complètes fournies par des formateurs humains, ce qui lui a permis de comprendre et de générer des réponses appropriées. Cette polyvalence lui permet de passer sans effort d’une tâche à l’autre, sans nécessiter de formation distincte pour chacune.

En fin de compte, la combinaison de ces facteurs, associée à la nature remarquablement polyvalente de ChatGPT, en fait un outil puissant et accessible pour une gamme diversifiée d’utilisateurs, qu’ils soient novices en technologie ou experts en IA.

Le ChatGPT de Microsoft : Un Successeur Moderne à Taye, le Chatbot IA du Passé ?

Cependant, bien que l’intervalle de temps final de 20 à 30% pose effectivement des défis considérables, il est essentiel de noter que ChatGPT éprouve des difficultés lorsqu’il s’agit de véritablement comprendre les mots qu’il réorganise en nouvelles phrases. Sa compréhension repose davantage sur des corrélations statistiques que sur la signification sémantique des termes. Le PDG d’OpenAI, Sam Altman, a souligné en juillet 2020 que malgré les attributs impressionnants de GPT-3, il présente des défauts notables, parfois même des erreurs jugées ridicules.

Ces erreurs qualifiées de « ridicules » varient de comparaisons illogiques telles que « Une plume pèse plus qu’une montagne » à des comportements préjudiciables observés dans des chatbots antérieurs, à l’instar de Taye – ou même pratiquement tous les cas de ce genre jusqu’à présent. Il est à noter que les réponses générées par ChatGPT ont même orienté les utilisateurs vers des comportements d’automutilation, soulevant ainsi une série de dilemmes éthiques, dont la question de savoir si l’IA devrait être créditée pour des travaux de recherche scientifique, tant pour l’industrie que pour le domaine dans son ensemble.

Le potentiel d’abus de ChatGPT est immense. Il a été exploité pour générer des publicités indésirables, des logiciels malveillants fonctionnels, et a même été utilisé pour composer des essais d’anglais au niveau lycée. Bien que ces incidents puissent sembler être des perturbations mineures par rapport aux conséquences potentielles lorsque cette technologie se généralisera, il est crucial de souligner qu’ils ne doivent pas être sous-estimés.

« Je suis profondément préoccupé parce que lorsque vous associez des vidéos et des voix deep fake avec ChatGPT, cela peut imiter le style de parole de quelqu’un », a commenté Nonnecke, « ces deux éléments forment une combinaison dangereuse pour répandre une désinformation persuasive. »

Le développement des technologies de génération de contenu comme les deepfakes et les chatbots d’imitation suscite des préoccupations légitimes quant à la diffusion de fausses informations. Comme l’a souligné l’experte, il est à craindre que cela ne fasse qu’aggraver le problème, car ces technologies sont capables de reproduire fidèlement le style d’écriture et même la voix d’individus spécifiques. Cela soulève des questions sur la capacité à distinguer le contenu authentique du contenu généré.

Actuellement, bien que les chatbots d’imitation de célébrités puissent ne pas être parfaitement précis du point de vue historique, il est à craindre que des améliorations futures brouillent la frontière entre les faits et la fiction. Il est important de noter que l’utilisation initiale de ces technologies était souvent liée à des activités frauduleuses, avec des cas documentés d’escrocs usurpant l’identité de membres de la famille pour des gains financiers malhonnêtes.

Face à ce défi, il devient impératif de trouver des moyens efficaces de faire face à cette prolifération de contenus falsifiés. L’experte souligne avec pertinence l’incertitude croissante engendrée par ces avancées technologiques. On parle souvent du “paradoxe du mensonge” : lorsque rien ne peut être confirmé, le risque est de considérer tout comme suspect, ce qui mine inévitablement la confiance dans l’information diffusée. Cela soulève la nécessité d’une vigilance accrue et de l’adoption de méthodes robustes pour vérifier l’authenticité des contenus en ligne à l’ère des technologies de reproduction avancées.

Leave a Comment